Motorsport

Sébastien Bedoret : « Nous allons beaucoup apprendre ! »

Sébastien Bedoret : « Nous allons beaucoup apprendre ! »

27. 3. 2019

Un défi énorme attend Sébastien Bedoret et Thomas Walbrecq. Dès vendredi, le jeune duo de ŠKODA Belgique disputera son premier Tour de Corse dans la catégorie WRC2.

C’est une montagne, un défi énorme qui attend Sébastien Bedoret et Thomas Walbrecq. Dès vendredi, le jeune duo de ŠKODA Belgique disputera son premier Tour de Corse dans la catégorie WRC2. Après avoir effectué les trois jours de reconnaissances, les deux hommes mesurent bien l’ampleur de la tâche qui les attend pour leur deuxième apparition en Championnat du Monde des Rallyes.

« Cette épreuve ne porte pas le nom de rallye aux 10.000 virages par hasard », explique le pilote de la ŠKODA FABIA R5 de l’équipe SXM. « Ça n’arrête pas de tourner ! En plus, ce sont pour la plupart des virages cachés, parfois très longs, qui s’ouvrent ou se referment… Il n’y a pratiquement aucune ligne droite. À l’exception du Rallye du Var en R2, nous n’avons jamais roulé sur un parcours de ce type. Je ne me fais donc pas d’illusions : nous ne serons pas au niveau des meilleurs ici. Nous allons aborder le rallye comme nous l’avons fait sur les épreuves belges l’an dernier, c’est-à-dire avec une marge de sécurité pour aller au bout… tout en essayant de réduire l’écart au kilomètre par rapport aux ténors du WRC2. Mais une chose est sûre : nous allons beaucoup apprendre ce week-end ! »

Assis dans le baquet de droite, Thomas Walbrecq s’attend lui aussi à vivre une grande aventure. « Il ne faut pas brûler les étapes : nous serons là pour accumuler de l’expérience… avec l’objectif de revenir plus forts à l’avenir », insiste-t-il. « Nous avons d’emblée compris à quel point le défi est grand. Aller vite sur des spéciales aussi exigeantes avec deux passages de reconnaissance seulement, c’est hyper compliqué. Nous avons évidemment placé une caméra embarquée dans la voiture de reco et nous allons retravailler nos notes avec les vidéos, mais ça ne remplace pas la réalité. De mon côté, j’aurai moins de temps pour regarder la route et je devrai aussi m’adapter avec un débit et un ton différents de ce que je fais d’habitude. Le rôle du copilote sur un tel rallye est crucial, mais ce n’est pas pour me déplaire. »

Conseiller de ŠKODA Belgique et coach de l’équipage, Freddy Loix n’est évidemment pas surpris par la réaction de Sébastien et Thomas. « Je sais que, pour une première, ce ne sera pas simple », sourit-il. « Il y aura énormément de nouveautés pour eux. L’an dernier, ils avaient découvert le niveau mondial en Allemagne, un parcours qui a certaines similitudes avec la Belgique. Ici, c’est très différent. Il y a des virages qu’ils n’ont jamais vus chez nous et, surtout, des enchainements dans lesquels il faut constamment penser au virage suivant. Sébastien et Thomas ont pu participer à une séance de tests dimanche et j’ai pu les conseiller, tant au niveau du pilotage que des réglages. Sébastien a déjà fait de gros progrès, mais on sait que rouler sur une base d’essais ou sur une vraie spéciale, ce n’est pas pareil. La seule chose que je leur demande, c’est de terminer le rallye tout en progressant de manière régulière. »

Ce jeudi, un shakedown d’un peu plus de 5 km permettra à Thomas et Sébastien de prendre leurs marques avant le départ du rallye, vendredi à 8h29 pour le premier concurrent qui s’élancera dans la première étape spéciale. Répartis sur trois jours, 14 secteurs chronométrés sont au menu pour un total de 347 km. Pour Sébastien et Thomas, le défi peut commencer !

Lire d'autres articles