Les sacrifices de Stephen Roche

Les sacrifices de Stephen Roche – Aucune limite, aucune excuse

Ils ne sont que huit cyclistes à avoir remporté deux grands tours la même année, et seulement sept à avoir remporté un grand Tour et les Championnats du monde la même année. Mais seuls deux cyclistes ont remporté le Giro d’Italie, le Tour de France et les Championnats du monde la même année, la triple couronne. Ces légendes du cyclisme sont Eddie Merckx, Le Cannibale, et Stephen Roche, un humble Irlandais.

Frappé par la tragédie

Stephen Roche a eu 21 ans en 1980 et était bien placé dans les classiques du circuit professionnel. En 1986, il a chuté à grande vitesse, ce qui lui a valu une blessure chronique au genou droit. Roche a néanmoins choisi de poursuivre sa carrière cycliste professionnelle et a couru sa saison 1987 comme si c’était la dernière.

Courir comme un amateur

Le début de la saison 1987 a dû être un rêve pour Roche – il a défié toutes les prévisions en remportant la Volta a la Communitat Valenciana et s’est hissé dans le top 3 de plusieurs classiques. Malgré cela, Roche a déclaré aux journalistes qu’il « courait comme un amateur ».

Roche a poursuivi sur sa lancée en remportant 3 étapes au Giro d’Italie avant de devenir le premier Irlandais à remporter cette course. Le monde cycliste n’avait d’yeux que pour lui : si c’est ça rouler en amateur, imaginez donc les exploits que pourrait réaliser un Stephen Roche professionnel !

La lumière au bout du tunnel

Roche décrit son Tour de France 1986 comme un « sombre tunnel de souffrance » et nul ne l’aurait blâmé s’il s’était retiré du circuit professionnel. Mais Roche a appris à se surpasser, à aller au-delà de la douleur et de la fatigue et, lors de la 21ème étape, il est revenu dans la course.

L’esprit plus fort que la matière

Lors de la 20ème étape du Tour de France 1987, Roche suivait son rival, Delgado. Roche savait que Delgado adorait la montagne et pensait qu’il ménagerait ses forces avant d’attaquer dans l’ascension vers La Plagne. C’est pourquoi Roche a décidé d’attaquer par surprise, très tôt, avec une ascension en solitaire de 2.000 mètres jusqu’au sommet du Col de la Madeleine.

Delgado a réussi à refaire son retard et a attaqué à La Plagne, comme Roche l’avait prévu. Laissant Delgado prendre un avantage d’une minute, Roche espérait que Delgado se relâche suffisamment et ne puisse creuser l’écart. Une fois Delgado en tête, au grand étonnement des commentateurs, Roche est passé en grand braquet et a donné toutes ses forces dans la fin de l’ascension.

Naissance d’une légende

Les efforts de Roche étaient tellement intenses qu’il a perdu conscience et s’est effondré en franchissant la ligne d’arrivée. Emmené en ambulance et sous oxygène, il a alors repris connaissance et lorsqu’on lui a demandé si tout allait bien, il a répondu : « Oui… mais je ne suis pas prêt pour une femme, juste là, maintenant ! ».

La décision de Roche d’éviter la tentation était judicieuse : il a remporté le Tour de France 1987 avec juste 40 secondes d’avance sur Delgado. Plus tard au cours de cette même année, Roche a remporté les Championnats du monde sur route à Villach, Autriche, faisant de 1987 la deuxième et la seule autre fois où un cycliste a remporté la Triple Couronne.

Quel obstacle ?

Les cyclistes qui accomplissent de grandes choses peuvent estimer ce qui est vraiment important dans la vie. Roche a dit un jour : « Je n’ai jamais voulu abandonner mon vélo. Je vois mon grand-père, aujourd’hui dans la septantaine, rouler un peu partout. Pour moi, c’est magnifique. Et le vélo doit toujours rester une partie de ma vie. » Si ce n’est pas là les déclarations d’un véritable coureur cycliste…

Retour à la page Principale