Jiří Ježek

L’histoire d’une force d’âme inébranlable

Professionnel qui ne doit sa réussite qu’à lui-même, passionné de cyclisme et ne renonçant jamais, il parcourt plus de 30.000 km sur son vélo chaque année, est Champion du monde de Paracyclisme UCI et sextuple médaillé d’or paralympique. Son nom ? Jiří Ježek. Une jambe en moins ne lui pose pas vraiment problème. Il mène une carrière sportive de haut niveau et gagne de nombreuses courses. Comment fait-il ? Lisez plutôt son histoire.

L’accident qu’il considère comme une victoire

Une prothèse de jambe a ses limites, tant en termes de mouvement que de durabilité. Ces prothèses peuvent casser… et cassent. Par exemple, lors d’une course avec de longues étapes en 2008 en République dominicaine, sa prothèse de jambe a cassé au milieu d’une étape. Aucun moyen de la remplacer, aucune entreprise qui la fabriquait. Il l’a juste recollée avec du ruban adhésif et a terminé les étapes suivantes avec succès, sans plus s’en soucier.

Jiří ne baisse jamais les bras, une attitude le caractérise depuis son enfance. Il a été renversé par un camion de ciment alors qu’il traversait la rue à l’âge de 11 ans et a alors été amputé de la jambe droite à partie du genou. Quand on lui pose des questions aujourd’hui sur son accident, ses réponses sont assez surprenantes et pas du tout négatives. « Il m’a apporté sang-froid et détermination », déclare-t-il en expliquant comment la perte d’une jambe l’a en fait aidé à grandir.

Sa convalescence a forgé sa personnalité

Ses parents ne l’ont pas épargné à son retour après plusieurs mois passés à l’hôpital. Il devait effectuer les mêmes tâches qu’auparavant. Et même si quelques exceptions étaient autorisées, comme ne pas devoir enlever ses chaussures à l’école parce que c’était compliqué avec sa prothèse, il refusait d’être traité différemment. Il a juste déployé des efforts supplémentaires et a suivi les mêmes règles que les autres enfants sans s’apitoyer sur son sort. Cette expérience a fait de lui un homme et il en a tiré parti par la suite.

Comment en est-il venu au cyclisme ?

Le vélo constituait la manière la moins douloureuse de se déplacer. Et c’est très vite devenu son passe-temps. C’était l’une des rares activités physiques dans lesquelles il a commencé à se sentir l’égal de ses amis. Il a commencé à s’entraîner à l’âge de 20 ans, a travaillé dur, s’est amélioré et est bien vite monté sur le podium de différentes courses. Après 6 ans, il savourait son premier grand succès comme amateur : sa qualification pour les jeux paralympiques de Sydney où il a remporté deux médailles d’or.

S’entraîner avec une jambe

À l’époque, Jiří travaillait dans une entreprise qui fabriquait des prothèses. Il en avait donc plusieurs : pour la marche, la course et le vélo. Par la suite, en tant que cycliste de haut niveau, il a voulu faire des haltères, comme les autres professionnels. Mais il se posait un problème : impossible de faire de la musculation avec une prothèse. C’était trop douloureux et mauvais pour son corps. Mais cela ne l’a pas arrêté. Il s’est entraîné beaucoup plus fort et a remporté toutes ses médailles olympiques en s’entraînant uniquement sur un vélo.

L’âme d’un champion

Selon des mesures effectuées à l’université d’Heidelberg en Allemagne, sa jambe amputée n’a qu’une puissance d’environ 70 % par rapport aux professionnels valides. Jiří se confronte régulièrement à eux dans des courses malgré ce handicap et doit toujours être le premier, peu importe les positions de départ. Au lieu de se plaindre, il s’entraîne davantage pour permettre à sa jambe d’avoir une puissance égale.

Ses capacités ont été prouvées lors de courses au plus haut niveau du cyclisme en 2010, où il a passé toute la saison dans une équipe professionnelle. Il a participé avec succès à des courses avec les vainqueurs du Tour de France, des Champions du monde et des grandes stars du peloton pro. En 2013, il a ouvert la route du contre-la-montre du Tour de France au Mont-Saint-Michel et même s’il ne faisait pas officiellement partie de la course, il a réalisé un meilleur temps que 3 professionnels valides.

Même si une course avec des professionnels n’est pas sa tasse de thé, il reste sur son vélo le plus longtemps possible pour en retirer un super entraînement. Son épouse et manager déclare : « Jirka n’abandonne une course que s’il tombe, se blesse, casse son vélo ou si les juges lui demandent de se retirer de la course ». Nous avons constaté personnellement que c’était vrai, lorsqu’il a fait partie de notre équipe pour L’Étape du Tour 2016. Et nous sommes contents qu’il soit à nouveau des nôtres cette année.

Ne jamais rien lâcher

Jiří est déterminé et fait preuve d’une profonde rigueur : c’est ce qui lui a permis de devenir le premier cycliste professionnel handicapé en République tchèque. Comment est-il devenu un champion ? Grâce à sa capacité à ne jamais rien lâcher. « Si vous abandonnez une fois, vous vous en souviendrez toute votre vie et vous risquez de collectionner les abandons », constate-t-il en expliquant pourquoi abandonner ne constitue pas une option pour lui. Il ne fait pas que le dire. Il le vit.

Même après sa terrible chute lors des Championnats du monde 2014 aux États-Unis, où il a été hospitalisé plusieurs semaines, a perdu 2 côtes, plusieurs muscles du haut du corps et une partie de son poumon, il n’a pas abandonné. Il a réussi à récupérer, s’est à nouveau entraîné et s’est qualifié pour les jeux paralympiques de Rio en 2016.

Retour à la page Principale